Ceux qui restent – Les vieux fourneaux

Les vieux fourneaux - rosebul.frScénario : Wilfrid Lupano

Dessin : Paul Cauuet

Synopsis

A l’occasion de l’enterrement de la femme de l’un d’entre eux, Emile, Antoine et Pierre, trois octogénaires amis d’enfance, se retrouvent dans un petit village du centre de la France et ne manquent pas d’évoquer leurs souvenirs communs et notamment leurs faits d’arme, du temps de la lutte syndicale contre le principal employeur de la région, un laboratoire pharmaceutique. Antoine, dont l’épose Lucette vient de décéder, a travaillé pendant 40 ans en tant que manutentionaire chez Garan Servier tout en poursuivant ses activités syndicales. Pierre, lui, a quitté la région dans les années 60, après avoir fait un an de prison pour avoir détruit à la masse un nouvel outil de travail robotisé qui devait le remplacer. Emile, quant à lui, a fait fortune, puis faillite à l’autre bout du monde et colle des jours paisibles dans une maison de retraite.

Le temps se gâte le lendemain de la cérémonie, quand Antoine, de retour d’une visite chez le notaire, prend son fusil et sans dire un mot à ses compères, s’engouffre dans son auto et démarre en trombe. Ses deux amis ne tardent pas à apprendre que Lucette dans une lettre posthume lui a révélé avoir eu une aventure trente ans plus tôt avec Armand Garan Servier, fondateur du laboratoire éponyme, son adversaire de toujours. Antoine a donc décidé d’aller le retrouver en Toscane où il passes ses vieux jours pour avoir avec lui une franche explication à base de chevrotines.

Inquiets par la tournure des choses, mais incapables de conduire sur une telle distance, les deux « anciens » réquisitionnent Sophie, la petite-fille d’Antoine, enceinte jusqu’aux yeux pour se lancer sur les traces de leur complice de toujours. Roulez jeunesse…

Avis

vieux fourneaux_rosebul.frServi par un dialogue et un dessin haut en couleur, ce premier opus de la nouvelle série de Wilfrid Lupano Les Vieux fourneaux, est un régal. L’idée de base  – trois pieds nickelés octogénaires qui se retrouvent lancés dans un périple de 900 kilomètres pour venger une histoire d’adultères vieille de 40 ans – est assez savoureuse.

Tantôt vifs comme des gardons, tantôt las, les trois compères ne manquent pas de sel et on se prendrait même à espérer les croiser au détour d’une station d’autoroute cet été. Un vieil activiste membre d’un groupuscule de non-voyants anarchistes (« ni yeux, ni maitres » – un régal !!), un Don Juan intégralement tatoué, rattrapé par ses rhumatismes, et un vieux râleur tendance réac constitue ce trio haut en couleurs. Un poème. Et pour materner ces trois-là, une jeunette enceinte jusqu’aux oreilles qui ne peut pas supporter les vieux

Vieux fourneaux_rosebul.frUne fois de plus Wilfrid Lupano nous concocte un bon petit scénario sympathique, sorte de road-movie du troisième âge qui lui a permis de rafler de nouveau le prix des libraires de Bande dessinée cette année. En un an, avec Le singe d’Hartpool, le second tome d’Azimut, Ma révérence et Les vieux Fourneaux, Lupano ne nous a offert que du premium et dans des registres très différents, s’affirmant comme l’un des nouveaux leaders de la nouvelle génération des auteurs de BD.

Enfin, soyez attentif aux dialogues qui récèle quelques pépites tenbdance Audiart ( » Si on croise la politique du bon goût, on est marron », « (…) parle ouc’est l’automne des gencives »).

A découvrir d’urgence.

Les vieux fourneaux_vignette bis_rosebul.fr

3 commentaires

  • Richard dit :

    Une bande dessinée qui m’a aussi beaucoup plu, d’un auteur que j’ai pour ma part récemment découvert avec ma révérence (une bd étonnante). Merci pour ce chouette article!

  • Link dit :

    Au fil des annees, « Le Lupano » est devenu une valeur sure et ce n’est pas l’entame de cette nouvelle serie qui va contredire ce postulat. Les 54 planches de ce premier tome mettent majoritairement en scene une poignee de petits vieux et cela ne les empeche pas d’etre bouillonnantes de vie. Ces papys heros, tendrement baptises

  • Paul VR dit :

    Salutations, un post tout à fait bien fait.

Laisser un commentaire