Le Cahier bleu

Paru en 1994, Le cahier bleu est un one-shot de André Juillard qui marque la première incursion de cet auteur majeur dans le monde du roman graphique. Construit sous forme de puzzle, ce triangle amoureux s’articule autour de la vision respective d’un même événement du point de vue de trois personnages. Une oeuvre sensible à découvrir impérativement.

Synopsis

Jeune femme d’origine québécoise, Louise vit seule et travaille à Paris. Un matin, sortant de la douche, et tandis qu’elle se promène dans le plus simple appareil dans son appartement, elle constate que le métro aérien s’est immobilisé devant ses fenêtres, de l’autre côté du boulevard, offrant ainsi sa nudité aux voyageurs. Amusée par cette situation, elle se fait la réflexion qu’il conviendrait qu’elle pose des rideaux pour éviter que ne se reproduise un tel événement.

Or, à peine a-t-elle terminé son café qu’un inconnu se présente à sa porte. Ce dernier lui explique qu’il était passager du métro et qu’il a été subjugué par sa beauté. Congédiant le malotru, Louise reprend ses occupations. Toutefois, l’homme, prénommé Armand, entame une cour assidue et elle finit par accepter de dîner avec lui après une semaine d’échanges épistolaires. Ils finissent par passer la nuit ensemble.

Quelques jours plus tard, Louise fait la connaissance de Victor, un galeriste qu’elle a croisé précédemment lors d’une soirée à l’opéra. Ce dernier souhaiterait ardemment la revoir et il lui fait parvenir divers invitations pour assister à des expositions de photographies.

De retour de l’étranger où il était parti pour un déplacement d’affaires immédiatement après leur rencontre, Armand se présente chez Louise le soir de son retour. Cependant, Louise n’envisage  pas de donner une suite à leur histoire et elle suggère à Armand de cesser de la revoir. Ce dernier s’emporte mais finit par accepter de partir.

Louise revoit Victor et ils entament une relation. Cependant, un matin, la jeune femme trouve un courrier mystérieux dans sa boîte aux lettres. Pas d’affranchissement ni de mention d’expéditeur. Dans l’enveloppe se trouve un simple cahier bleu. Entamant sa lecture, Louise découvre qu’il s’agit du journal intime de Victor dans lequel il relate sa rencontre avec Louise. Se sentant trahie. Louise décide de ne plus le revoir.

Avis

Le cahier bleu est un roman graphique signé André Juillard et publié en 1994 aux éditions Casterman.

A cette époque, André Juillard n’est plus un débutant. Il a déjà rencontré le succès depuis le milieu des années 80 avec plusieurs séries historiques éditées par Glénat dont Les 7 vies de l’Epervier et Masquerouge sur des scénarios de Patrick Cothias. Auteur reconnu, il a déjà publié une trentaine d’albums.

Le Cahier bleu marque sa première incursion dans le roman graphique. Construit sous forme d’un puzzle, le récit s’articule autour de trois personnages principaux : Louise, Armand et Victor.

Le personnage de Louise préfigure le personnage féminin cher à André Juillard. Elancée, brune, les cheveux courts, elle ressemble physiquement au personnage de Lena que Juillard créera dix ans plus tard sur un scénario de Pierre Christin : une très belle femme, sensuelle mais d’apparence farouche. Dans ce récit, Louise va se retrouver prise au piège d’une intrigue qui démarre par un événement d’apparence anodine mais qui débouche sur une histoire de vengeance ourdie par un amant prétentieux éconduit.

Les deux personnages masculins incarnent deux personnalités opposées. D’un côté Armand, séducteur, entreprenant, brutal dans son approche et de l’autre Victor, rêveur, romantique, indécis. Autour de ces trois personnages, l’auteur construit une intrigue d’apparence simple mais qui ne se dessine que par petites touches, à la manière d’un tableau impressionniste. Le récit est très parisien, tant par ses décors que par le milieu dans lequel évolue les protagonistes, toutefois, ce côté Bobo avant l’envoi ne nuit pas au récit, unversel.

Cet album permettra à André Juillard de recevoir un fauve d’or (désigné sous le terme d’Alph’Art à cette époque) à Angoulême en janvier 1995, prémice à la récompense suprême qu’il obtiendra dès l’année suivante avec l’obtention du Grand Prix en 1996.

L’intérêt de cet album consiste également dans la nouveauté qu’il apporte, en mixant la ligne claire classique à une forme narrative originale (trois points de vue successifs et un récit narré par le biais du contenu du cahier bleu).

Depuis cette période, la carrière d’André Juillard se partage principalement entre sa collaboration à la série Blake et Mortimer (7 albums en tant que dessinateur depuis 2000), et la série Léna (3 titres depuis 2006).

Bien qu’il s’agisse d’un one-shot, il existe un second album qui complète cette intrigue intitulé Après la pluie. Paru en 1998, il marque un second chapitre de la vie de Louise.

Un très bel album dont je vous conseille la lecture.

Scénario: André Juillard

Dessin: André Juillard

Année: 1994

Éditeur: Casterman

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.