Sélection Rosebul – Juin 2017

Parmi une sélection pointue, une nouvelle fois, deux albums se sont largement détachés, il s’agit de Giant Tome 1 de Mikaël chez Dargaud et de Edelweiss de Cédric Mayen et Lucie Mazel chez Glénat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Giant Tome 1

Tandis que la grande Dépression fait rage aux Etats-Unis et que les élections approchent, le projet du Rockefeller Center commence à sortir de terre en de début des années trente. La construction de ce vaste complexe immobilier attire de nombreux hommes en quête d’un emploi, et notamment les nouveaux immigrants qui affluent en provenance d’Europe. C’est ainsi qu’un beau matin de mars 1932, Dan Shackleton, un jeune et frêle irlandais, se présente à l’embauche pour faire partie de ces valeureux trompe-la–mort qui, en équilibre instable entre terre et ciel, installent les poutrelles qui soutiendront le fabuleux édifice. Il est immédiatement affecté à une équipe de riveteurs aux côtés d’un géant surnommé « Giant ».

Rapidement, le nouveau venu doit s’accoutumer aux cadences infernales et à la rudesse de la ville. Quelques jours plus tard, il ne doit son salut qu’à la vivacité de Giant qui le retient in-extrémis, alors qu’il allait chuter dans le vide après un faux mouvement. Confronté au mutisme de son sauveur, le jeune homme décide de s’employer à percer la carapace de celui auquel il doit la vie. Ce dernier, un colosse taciturne, reste obstinément en dehors de toute communauté et semble correspondre avec une femme restée en Irlande. Mais qui est cette femme et quels sont les liens qui les unissent. Cet homme qui lui écrit est-il bien celui qu’elle croit être.

Une couverture magnifique, des personnages attachants, une intrigue qui prend en épaisseur au fil des pages, cet album se révèle une très belle réussite et il nous tarde de découvrir la suite. Le dessin semi-réaliste de Mickaël – que nous avions découvert grâce à sa série précédente Promise –  retranscrit avec précision le New-York des années trente. Enfin, le cliffhanger redoutable de la fin de l’album décuple notre impatience. Suite en octobre pour la parution du second tome de ce dytique. A lire sans modération.

Edelweiss

Olympe et Honoré se sont rencontrés au sortir de la guerre dans une ginguette des bords de Marne. Il est mécanicien, elle est infirmière, ils ont la vie devant eux. Olympe est fascinée par la montagne et elle ne rêve que de conquérir le Mont-Blanc, tradition héritée d’une tante aventurière. Dès lors, pendant son service militaire à Chamonix, Honoré de manque pas de glisser, en guise de son amour, une edelweiss dans ses courriers. Bientôt les deux jeunes gens partiront à la conquête des sommets ensemble.

Les mois passent, ils se marient et attendent avec impatience cet enfant qui tarde à venir. Malheureusement la montagne est dangereuse et elle peut s’avérer cruelle. Alors, quand Olympe chute lors d’une sortie, c’est son destin qui bascule. Dès lors Honoré va mettre son énergie au service de leur passion pour qu’ils puissent continuer à la vivre ensemble.

Un récit intimiste et lumineux. Edelweiss est avant tout l’histoire d’un couple qui partage une même passion pour les grands espaces et la montagne et qui va devoir affronter les accidents de la vie sans se renier. Une ode à la vie servie par un beau dessin et une narration fluide. Un bel album.

Laisser un commentaire